Par Anne-Valérie Zuber, étudiante en Master Études Européennes à l’Université de Fribourg

Version PDF

Assistance à ArtAndFeminism Love Machine, 4 mars 2017. Crédit : Rama (Wikimedia Commons).

Dans une récente entrevue, l’essayiste Mona Chollet affirme qu’« internet rend concret le fait que l’on pense forcément tous ensemble »[1]. Quelle plateforme vérifie cette idée mieux que Wikipédia? Bien que généralement abordée avec précaution dans les milieux académiques, l’encyclopédie est un support de réflexion pertinent pour qui s’intéresse à l’historiographie. C’est du moins ce que j’ai constaté en m’intéressant aux edit-a-thons. Contraction d’« édition » et de « marathon », ce sont des évènements pendant lesquels des personnes se réunissent pour réfléchir et travailler sur des contenus numériques. Ces rencontres s’inscrivent dans l’esprit « open source » de plateformes telles que Wikipédia dont le moto est l’accessibilité, en tout cas dans les principes. Après avoir appris l’existence d’edit-a-thons thématisant spécifiquement l’absence, voire l’invisibilisation, des femmes sur l’encyclopédie en ligne, je me suis retrouvée parachutée dans l’univers « wikipédien » à Paris n’ayant pourtant  jamais participé à un édit-à-thon auparavant et ne connaissant pas les mécanismes d’édition collaborative sur l’encyclopédie. Je propose dans cette recension un tour d’horizon des questions que soulèvent les organisateurs et organisatrices des edit-a-thons – des problématiques qui, je pense, entrent parfaitement en résonance avec les questionnements féministes sur l’historiographie.

Lire la suite