HistoireEngagee.ca est constamment à la recherche de personnes intéressées à contribuer de façon régulière aux différentes sections et rubriques du site. Les collaboratrices et les collaborateurs sont des historiennes et des historiens, des chercheuses et des chercheurs, des étudiantes et des étudiants, qui ont à cœur la valorisation d’une histoire actuelle et incarnée dans les enjeux qui mobilisent nos sociétés, et ce, tout en demeurant accessible, rigoureuse et engagée.

Toute personne intéressée peut faire parvenir une lettre d’intention accompagnée de leur curriculum vitae universitaire (formation, recherches académiques, spécialisations, publications, expériences professionnelles pertinentes, etc.) à l’adresse courriel suivante : contributions@histoireengagee.ca. La nature et la forme des contributions (notamment les thématiques et la longueur des textes) seront discutées et convenues entre les collaboratrices et/ou collaborateurs et le comité de rédaction. À noter que les collaboratrices et les collaborateurs n’ont pas à participer aux réunions du comité de rédaction ni aux tâches d’évaluation et d’édition : il s’agit essentiellement d’un rôle de rédaction (et à l’occasion de participation à des dossiers spéciaux ou thématiques).

Nos collaboratrices et collaborateurs

12527629_10153648292524724_1496106269_nVéronique Dupuis détient un baccalauréat en géographie physique avec une spécialisation en environnement marin obtenu à l’Université du Québec à Rimouski. Forte d’une expérience de plusieurs années dans les domaines touristique et de l’histoire maritime, elle a géré différents projets à caractère historique dont les commémorations du centenaire du naufrage de l’Empress of Ireland. Elle a entamé récemment un projet d’étude concernant les communautés de la Basse-Côte-Nord et leur établissement sur ce territoire. De plus, elle travaille présentement sur l’histoire de Blanche-Olive Lavallée, une infirmière canadienne-française qui a œuvré en Europe pendant la Première Guerre mondiale ainsi que sur le rôle, les avancées et la perception des femmes dans le cadre militaire canadien de 1914 à aujourd’hui. Dans tous ses projets, c’est l’aspect humain qu’elle souhaite mettre au premier plan. Pour elle, une épave, un phare ou un territoire n’est rien sans les gens qui y ont habité, travaillé et vécu. À travers son implication auprès d’HistoireEngagee.ca, elle aspire à faire ressortir le caractère maritime du Québec et l’importance qu’il revêt aux niveaux du développement  socio-économique, démographique et territorial de la province à travers les époques. Cliquez ici pour accéder aux différentes contributions de Véronique Dupuis.

unspecifiedls

Crédit : Selena Phillips-Boyle.

Camille Robert est titulaire d’un baccalauréat en histoire, obtenu à l’Université du Québec à Montréal. Dans le cadre de sa maîtrise, également en histoire à l’UQÀM, elle s’intéresse aux discours et aux mobilisations des féministes québécoises au sujet du travail ménager. Dans les dernières années, elle a travaillé à titre d’auxiliaire de recherche pour le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal et le Centre d’histoire des régulations sociales. Ses champs de recherche portent principalement sur l’histoire du Québec, l’histoire des mouvements sociaux et l’histoire des femmes. Cliquez ici pour accéder aux différentes contributions de Camille Robert.

Crédits : Pascal Scallon-Chouinard.

Crédit : Pascal Scallon-Chouinard.

Mauricio Correa est arrivé au Québec au début des années 2000 en tant que réfugié politique à la suite de ses implications au sein du mouvement étudiant colombien à travers desquelles il participe, en 1998, à la fondation de l’Association colombienne des étudiants universitaires (ACEU). Se lançant, à son arrivée, dans des études en politique appliquée au niveau du baccalauréat, il a par la suite complété une maîtrise en histoire à l’Université de Sherbrooke. Déposé en 2010, son mémoire porte un regard nord-sud sur l’histoire des luttes étudiantes par l’intermédiaire d’une analyse comparative du développement organisationnel des mouvements étudiants dans deux métropoles d’Amérique, soit Montréal et Bogota (1954-1964). Mauricio Correa est présentement doctorant en histoire à l’Université de Sherbrooke. Fidèle à ses intérêts, son travail de thèse porte sur les ruptures, les continuités et la radicalisation des mouvements étudiants latino-américains. Plus particulièrement, il étudie le cas de l’Organisation continentale latino-américaine et caribéenne des étudiants (OCLAE) durant la Guerre froide. Sa collaboration à HistoireEngagee.ca cherche à faire ressortir les enjeux contemporains des sociétés latino-américaines à partir d’une perspective historique afin de mieux comprendre cette région du monde qui lui tient à cœur. Cliquez ici pour accéder aux différentes contributions de Mauricio Correa.

12957276_10154726086523102_1395455397_n

Crédit : André Querry.

Benoit Marsan détient une maîtrise en histoire de l’Université de Sherbrooke et est candidat au doctorat en histoire à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Il est chargé de cours à l’UQÀM et à l’Université du Québec en Outaouais, où il enseigne l’histoire ouvrière et syndicale. Son champ de recherche est l’histoire ouvrière au Québec et au Canada et plus particulièrement l’histoire des sans-emploi et du chômage au cours de l’entre-deux-guerres. Il s’intéresse aussi à l’historiographie marxiste, à l’économie morale des dépossédés, ainsi qu’aux formes et stratégies d’action et de résistances de la classe ouvrière. En 2014, il a publié l’ouvrage « Battez-vous, ne vous laissez pas affamer ! », les communistes et la lutte des sans-emploi pendant la Grande dépression chez M éditeur. Cliquez ici pour accéder aux différentes contributions de Benoit Marsan.

Crédit : Mathilde Michaud.

Adèle Clapperton-Richard, après avoir étudié un an au baccalauréat en Études internationales à l’Université de Montréal, a réorienté son parcours pour compléter un baccalauréat en histoire à l’Université du Québec à Montréal. Elle poursuit ses études à la maîtrise dans cette même université, en histoire également. L’étude du genre, l’histoire de l’éducation et l’analyse du discours sont ses principaux intérêts de recherche. Son mémoire de maîtrise portera sur les représentations genrées des figures historiques masculines et féminines dans les manuels d’histoire nationale, édités au Québec entre la fin des années 1940 et le milieu des années 1970. Parallèlement à ses études, elle s’implique dans le milieu académique, à titre de correctrice pour Le Manuscrit, la revue étudiante des cycles supérieurs en histoire de l’UQÀM. Elle collabore aussi, à titre de chroniqueuse, à l’émission de radio « Histoire de passer le temps », diffusée sur les ondes de CHOQ.ca. Par sa collaboration à HistoireEngagee.ca, elle souhaite notamment alimenter le débat actuel sur l’enseignement de l’histoire, en proposant des réflexions critiques d’ordre épistémologique. Elle espère aussi faire ressortir les enjeux liés au genre dans le récit historique enseigné au Québec au cours du vingtième siècle. Cliquez ici pour accéder aux différentes contributions d’Adèle Clapperton-Richard.