Appels à contributions

L’enseignement de l’histoire : enjeux didactiques et identitaires actuels

En lançant le site www.histoireengagée.ca, de jeunes chercheurs ont voulu offrir une histoire accessible, liée davantage aux enjeux actuels et débordant le champ souvent trop restreint du domaine universitaire et des revues scientifiques.

Par le présent appel de textes, Histoireengagée.ca souhaite participer à un débat de société d’importance cruciale, celui du rôle social de l’enseignement de l’histoire et de ses finalités. La question est d’une actualité brulante, au Québec comme ailleurs dans le monde. Que ce soit pour des considérations sociétales, politiques ou épistémologiques, l’enseignement de l’histoire suscite des passions et génère de nombreuses prises de parole et de position. Au Québec, la question de savoir quelle histoire enseigner aux générations montantes se pose dans un climat social où des acteurs politiques et représentants de la société civile se préoccupent de l’avenir du Québec comme entité politique indépendante ou partie constitutive de la fédération canadienne. L’enseignement de l’histoire peut être aussi un enjeu d’avenir dans les zones de conflits latents ou actifs, comme en témoignent les cas d’Israël et de la Palestine, du Japon et de la Chine. La transmission scolaire du passé est aussi un enjeu majeur en Europe centrale et orientale, un espace géopolitique totalement conquis par un « second printemps des nations », où les pays accédant à leur indépendance nationale font appel au passé pour retrouver leur dignité. Autant d’exemples montrent que la question de la transmission de l’histoire nationale par l’enseignement se taille une place de choix dans le débat public, au détriment d’autres problématiques non moins importantes, tels la visibilité des groupes marginalisés dans les histoires scolaires ou l’équilibre entre l’histoire évènementielle et l’histoire dite problématisante ou analytique. Ces « oublis » et « non-dits » des manuels et des programmes ne sont pas sans susciter des questionnements collectifs auxquels vous convie l’Histoireengagée.ca. On peut en effet se demander quelles sont les véritables finalités de l’enseignement de l’histoire? Quelle histoire doit-on transmettre aux générations futures? Quel peut être l’apport de la mémoire dans l’enseignement de l’histoire? Quelle place doit-on faire aux différents groupes et individus de l’histoire? Comment la situation du Québec se compare-t-elle avec celle d’autres endroits du monde?

Tels sont des exemples de questions qu’il serait possible d’approfondir dans le numéro thématique sur l’enseignement de l’histoire qui paraitra sur le site www.histoireengagée.ca. Cet appel d’articles s’adresse aux chercheurs de toutes les disciplines, y compris les étudiants aux cycles supérieurs, les professeurs, les enseignants, les intervenants communautaires; bref, à tous ceux et celles qui s’intéressent à l’enseignement de l’histoire. Les textes pourront aborder des thèmes théoriques, concrets, contemporains, comparatifs, québécois, canadiens ou internationaux.

Veuillez soumettre votre proposition par voie électronique, et en respectant les balises de rédaction d’Histoire Engagée, à l’adresse suivante : contributions@HistoireEngagee.ca

Numéro ouvert (date limite: acceptation d’articles en tout temps)

Il est frappant de constater qu’aujourd’hui plus que jamais l’histoire, et plus largement le passé, est d’actualité. Est d’actualité, au sens où continuellement ce passé s’immisce dans le présent et en informe les enjeux, les débats, les opinions politiques. Évoquons simplement et rapidement les débats récents tournant autour des questions de reconstitutions historiques d’événements sensibles comme la bataille des Plaines d’Abraham, la lecture publique de documents historiques portant encore aujourd’hui à controverse, les polémiques tournant autour de la transmission scolaire de l’histoire, le rôle du patrimoine dans la société, les débats entourant les frais de scolarité et l’accessibilité aux études, et tout cela sans parler des enjeux délicats tournant autour des questions de reconnaissance des torts.

Il est toutefois légitime de se questionner sur cette utilisation du passé. Feu l’historien Howard Zinn affirmait, pour justifier comme pour expliquer l’ensemble de son œuvre, que l’on ne peut pas être neutre sur un train en mouvement. HistoireEngagée adopte une perspective semblable; si le rôle ou la fonction de l’historien est d’abord et avant tout de faire sens du passé, cette fonction ne doit pas être indépendante d’un engagement plus large envers les nécessités du présent. Si l’on croit comme Tocqueville que le passé peut éclairer l’avenir, il est d’abord et avant tout nécessaire, au-delà et indépendamment des conflits idéologiques, de faire sens de ce passé. La lumière qu’amène la compréhension historique sur les enjeux du présent est, croyons-nous, nécessaire et souhaitable.

C’est dans cet esprit que le présent appel vient donc solliciter de courts textes (2000-4000 mots; voir directives aux auteurs) portant sur des thématiques historiques variées pouvant être rattachées à des enjeux d’actualités ou sociaux contemporains. L’appel vise à alimenter le site HistoireEngagée, donc la possibilité des sujets abordés peut être vaste et toucher aux thématiques suivantes, tout en pouvant explorer des sujets au-delà du cadre de ces balises :

  • Enjeux climatiques en environnement
  • Consommation
  • Nouvelles technologies
  • Genres et sexualité
  • Médias
  • Famille et enfance
  • Relations intergouvernementales
  • Fédéralisme et autres modes de gouvernement
  • Relations internationales
  • Questions identitaires
  • Immigration et nationalité
  • Développement régional
  • Culture politique
  • Nationalisme
  • Politiques publiques
  • Médecine et santé publique
  • Premières nations
  • Partis politiques
  • Histoire urbaine
  • Mouvements syndicaux et emploi

Les textes devront être envoyés à l’adresse suivante :contributions@HistoireEngagee.ca

Partager/Marquer