HistoireEngagée.ca

Là où le présent rencontre le passé – ISSN 2562-7716

Auteur : Histoire Engagée Page 1 of 6

Prise de parole: réflexion sur les recherches en archives et les traumatismes individuels

Par Guillaume Vallières, étudiant à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal et membre étudiant au Centre d’histoire des régulations sociales

Il est souvent difficile pour les étudiant.e.s en sciences humaines et sociales de s’ouvrir sur leurs émotions et sur leur vécu dans le milieu universitaire. Bien que la réalité ne soit pas la même dans toutes les disciplines et dans toutes les universités, le contexte scolaire est généralement inadéquat pour ce genre de comportements, considéré comme un débordement, une digression à une loi non écrite demandant une neutralité émotionnelle. Lorsque les sujets d’étude mènent à l’émotivité, les universitaires se retrouvent tiraillé.e.s entre le désir de répondre aux exigences de performances qui leur sont imposées et une série d’émotions qui leur demandent de prendre une pause, une forme de considération plus profonde ou un peu de recul face à leur terrain.

Les sources peuvent parfois être totalement impitoyables de par la charge émotive qu’elles portent en elles. Dans ces circonstances, certain.e.s étudiant.e.s se trouvent désavantagé.e.s par rapport aux autres. Toutes les archives ne sont pas aussi émotivement « chargées » et tous.tes les étudiant.es n’ont pas le même vécu. Impossible donc de réagir de la même façon face aux documents étudiés. Malheureusement, nous ne pouvons pas laisser nos traumatismes à l’entrée des centres d’archives avec nos sacs à dos. Non… nous les trainons jusque dans les salles de consultation et devons parfois les voir ressurgir dans les sources analysées.

Lire la suite

Le travail des aides familiales au Canada

Affiche par le Collectif Kwenton Bayan

Texte par Ethel Tungohan

Traduction par Laure Henri

Au mois de janvier 2017, le Graphic History Collective (GHC) a lancé Remember | Resist | Redraw: A Radical History Poster Project, un projet destiné à offrir une perspective artistique et critique aux conversations entourant Canada 150. Le projet a continué en 2018 et 2019, et est toujours en cours aujourd’hui.

La troisième affiche du projet aborde avec une perspective historique les réalités et les conditions des travailleuses domestiques et des aides familiales au Canada, qui sont principalement des femmes racisées et vivant dans des conditions précaires. Elle montre que ces femmes s’organisent et luttent pour la reconnaissance de leurs droits.

***

Les familles canadiennes ont toujours dépendu de l’aide des travailleuses domestiques. Avant la Confédération, des femmes autochtones et des femmes noires ont été utilisées comme esclaves par de nombreuses familles; après la Confédération, ce sont des femmes recrutées outre-mer par le gouvernement canadien qui ont été employées comme domestiques, et, en raison des politiques coloniales blanches du gouvernement, ce recrutement se faisait surtout en Grande-Bretagne et dans l’Europe de l’Est – les femmes de ces régions étaient considérées comme des « mères de la nation ». Au contraire de ces domestiques blanches – à qui ont octroyait la citoyenneté –, celles qui arrivèrent au Canada en provenance des Caraïbes dans la première moitié du XXe devaient être soit parrainées individuellement par des familles canadiennes ou issues du « Programme concernant les employées de maison antillaises » – (Caribeean Domestic Scheme ou CDS). Dans le cadre des deux premières itérations de ce programme, qui ont eu lieu respectivement de 1910 à 1911 et de 1955 à 1966, les domestiques antillaises étaient considérées par le gouvernement comme des « servantes » bénéficiant de la « générosité » canadienne. La plupart des participantes à la première version du programme furent déportées à la fin de leur contrat tandis que, la seconde fois, on a permis à certaines d’entre elles de soumettre une demande de résidence permanente lorsqu’elles avaient travaillé pour leur employeur pendant une année entière.

Lire la suite

Un nouvel énoncé de mission pour HistoireEngagee.ca

Introduction par Florence Prévost-Gégoire, University College Dublin, membre du comité éditorial d’HistoireEngagee.ca

Énoncé de mission par l’équipe éditoriale d’HistoireEngagee.ca.

Introduction

En guise de premier texte de l’année 2019-2020, l’équipe éditoriale d’HistoireEngagée.ca publie aujourd’hui son nouvel énoncé de mission. Après une année 2018-2019 pleine de changements, il nous apparaissait nécessaire de repenser les objectifs de la revue afin qu’ils soient plus en accord avec les valeurs d’une équipe éditoriale qui s’est considérablement renouvelée dans les deux dernières années. La chronique éditoriale que nous avons publiée en janvier dernier parlait de cette année comme d’un moment charnière, d’un tournant, dans l’histoire d’HistoireEngagée.ca. L’augmentation de nos publications (maintenant deux par semaine) témoigne effectivement du fait que la plateforme occupe une place de plus en plus importante dans les milieux historiens. Notre revue offre un lieu de diffusion rapide et nous recevons de plus en plus de textes spontanés qui réagissent à l’actualité ou réfléchissent aux apories de la discipline historique. L’augmentation de notre rythme de publication nous a placés devant un grand éventail de dilemmes éditoriaux et nous a fait prendre conscience de la place de notre revue dans la diffusion de la connaissance historique. Ce « succès » d’HistoireEngagée.ca (qui fêtera l’an prochain sa première décennie) vient avec une responsabilité : utiliser cette plateforme pour apporter des changements réels dans la discipline.

L’énoncé de mission que nous publions aujourd’hui se distingue de l’ancien sur deux points principaux. D’abord, il revoit la notion même d’« histoire engagée ». Si l’objectif original était de « proposer une diversité de points de vue », la nouvelle mission prend plutôt comme point de départ le fait suivant : la discipline historique est empreinte de structures de pouvoir racistes et sexistes qui, jusqu’à présent, ont eu pour effet de placer les groupes racisés et les femmes en marge des trames narratives traditionnelles. Notre objectif est donc d’aller au-delà d’une « diversité de point de vue » et plutôt de mettre en valeur la voix de ces oublié.e.s de l’histoire. Faire cela demande à la fois d’effectuer un travail de critique des pratiques de la discipline, mais aussi d’interroger nos propres biais et de remettre en question les actions et gestes que nous avons posés (et que nous posons encore) qui ont contribué à la marginalisation de certains groupes.

Le deuxième point découle du premier. Pour valoriser ces voix marginalisées, il convient aussi de repenser les modalités de diffusion de la production historique. Si la rigueur reste au cœur de notre travail, nous souhaitons offrir un espace qui ne se limite pas à la publication d’articles scientifiques. HistoireEngagee.ca s’engage donc à donner une place à différents types de médium tels que les témoignages, les œuvres artistiques, les lettres ouvertes et les chroniques. Nous espérons ainsi participer à la désacralisation du livre et de l’article scientifique en donnant à d’autres formes d’expression toute la valeur qu’elles méritent. Cela signifie aussi de ne pas se limiter au travail provenant des milieux académiques et de donner une place aux activistes, aux artistes, à ces gens qui vivent ou on vécut l’histoire que l’on essaie de raconter.

Cet énoncé de mission s’adresse à toutes celles et tous ceux qui désirent mieux comprendre les ambitions d’HistoireEngagee.ca et aux autrices et auteurs qui souhaitent contribuer à la plateforme. Il sert finalement d’inspiration et de guide pour l’équipe éditoriale, consciente de ses biais, mais toujours désireuse de faire mieux et de travailler à transformer les pratiques historiennes.

Énoncé de mission

Occupant une place à part dans le paysage historiographique et scientifique francophone, la revue HistoireEngagée.ca (histoireengagee.ca) est une plateforme de diffusion des savoirs et des connaissances historiques. Son approche favorise la révision des récits dominants et, dans une logique collaborative, la création de savoirs. En choisissant une diffusion en libre accès qui rejoint à la fois la communauté savante et un public élargi, HistoireEngagée.ca souhaite susciter une discussion sur l’histoire ouverte à tous et à toutes. Sa mission est triple : en plus d’offrir à son lectorat des textes qui analysent l’actualité canadienne et internationale sous l’angle de l’histoire, elle participe activement aux débats historiographiques et s’efforce de mettre de l’avant des récits qui restituent une place aux oublié.e.s de l’histoire. Puisqu’un de ses objectifs est de se mettre au diapason de l’actualité et des enjeux touchant la discipline historique, HistoireEngagée.ca met de l’avant des publications qui témoignent de prises de positions informées et ancrées dans des perspectives historiques et sociales plus larges.

Un médiateur culturel

Une des singularités de la revue est son approche hybride. Elle valorise la conjugaison de méthodes de recherche classiques et d’une approche collaborative avec des gens provenant des milieux artistiques et militants. Cette approche vise à ouvrir la réflexion épistémologique sur les façons dont l’histoire s’élabore, tout en favorisant la redéfinition de ses canaux de diffusion. Contribuer au partage des savoirs sur les groupes marginalisés par les récits dominants est par ailleurs une préoccupation majeure de l’équipe d’HistoireEngagée.ca.

Un savoir engagé

Le savoir engagé est pour nous une façon de conjuguer la pensée scientifique et l’engagement social en rendant plus accessibles les connaissances et les analyses historiques. Nous comprenons que l’engagement des historien.ne.s ne se résume pas à l’étude des mouvements sociaux, HistoireEngagée.ca va plus loin en allant à la rencontre de celles et de ceux qui, par leurs actions, sont susceptibles de devenir sujets de l’histoire. L’idée est de désacraliser le rôle de l’expert.e sans le rejeter pour autant. Autrement dit, un effort est fait pour faire converger les savoirs engagés universitaires et les autres savoirs engagés, notamment expérientiels et non occidentaux. Un savoir scientifique, universitaire et savant que l’on dit engagé, mais qui reproduit une hiérarchisation des discours et des êtres humains dans ses effets réels et matériels, n’est pas engagé simplement parce qu’il prétend ou souhaite l’être : c’est pourquoi il nous semble important d’offrir notre plateforme en libre accès et de ne pas assujettir ces nouveaux savoirs aux logiques institutionnelles universitaires.

Des modalités d’écriture variées

HistoireEngagée.ca considère important de réfléchir aux processus de reproduction des inégalités dans la production scientifique et universitaire, ce qui passe notamment par les modalités d’écriture et les positionnements épistémologiques de celles et de ceux qui collaborent à la revue. Nous nous attendons ainsi à ce que les auteurs et les autrices qui nous approchent réfléchissent aux silences de leurs bagages théoriques ou historiographiques. Nous cherchons également à nous éloigner des canons disciplinaires pour mettre de l’avant les réflexions théoriques, artistiques et autres dont l’écho est moins grand. Tout ceci se fait avec la volonté d’offrir un regard critique sur la trame narrative dominante. Nous assumons le caractère politique de nos critères de sélection, car nous estimons que l’histoire est politique et que toutes les revues s’inscrivent dans une perspective intéressée et engagée, qu’elle soit assumée ou non.

Frantz Fanon, ses luttes et ses temporalités : Autour de Fanon hier, aujourd’hui avec Hassane Mezine

Par Christine Chevalier-Caron, candidate au doctorat en histoire (UQAM) et Philippe Néméh-Nombré, doctorant en sociologie (Université de Montréal)

Image tirée du film Fanon hier, aujourd’hui.

Le 21 mai dernier, à Montréal, le collectif Pour une dignité politique présentait la première canadienne du film Fanon hier, aujourd’hui en présence du réalisateur Hassane Mezine invité pour l’occasion. Mezine, cinéaste et militant de longue date, propose dans ce documentaire une médiation à la fois sensible, difficile et combative entre d’une part les écrits et la vie en lutte de Frantz Fanon et, d’autre part, les mobilisations et présences contemporaines de sa pratique et de sa pensée politiques décoloniales. Des entrevues poignantes, des archives surprenantes, saisissantes même, et un parcours historique et géographique qui renégocient tant les temporalités que les frontières de l’oppression, des hiérarchies raciales et de la colonialité, mais surtout des résistances, des luttes et des solidarités.  Christine Chevalier-Caron et Philippe Néméh-Nombré se sont entretenu.e.s avec lui.

Lire la suite

Chronique d’archives. Entre colonialisme et adaptation : les récits d’infirmières canadiennes et américaines en milieux autochtones (1930-1970)

Par Myriam Lévesque, candidate à la maîtrise en histoire, Université Laval

The nurse, Nan Gallagher, on St. Lawrence Island, (Elinor D. Gregg, «A Federal Nursing Service above the Arctic Circle», The American Journal of Nursing, Vol. 36, No. 2, 1936, p. 131-132)

Les années 1930 marquent, aux États-Unis, la mise en place par le Bureau des Affaires indiennes (BAI) d’un nouveau programme en matière de services médicaux pour les populations autochtones. Largement influencée par la publication du Meriam Report[1], l’administration augmente les services en matière d’assistance médicale, privilégie l’éducation en santé publique et accroît le nombre d’infirmières sur le terrain, en particulier dans les régions excentrées[2]. La réforme est caractérisée par deux objectifs clairs : tout en souhaitant l’amélioration globale de la santé dans les communautés, le BAI souhaite se départir de ses prérogatives envers elles et vise leur assimilation et leur intégration.

Près de deux décennies plus tard, au Canada, ce même rapport influence la réorganisation et l’expansion du « Service de santé des Indiens » (Indian Health Services) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[3]. En misant principalement sur la prévention et l’éducation en santé publique, le Service vise à atteindre les régions éloignées et nordiques auparavant non desservies[4] et s’appuie ainsi essentiellement sur le travail de médecins itinérants et d’un nombre important d’infirmières ambulantes et saisonnières[5]. En ce sens, les infirmières américaines et canadiennes, dans un intervalle de quelques années, occupent une place centrale dans ces stratégies coloniales qui surpassent les frontières, où elles deviennent des représentantes médicales de première ligne auprès des populations locales. Tout en fournissant l’essentiel des soins, elles favorisent néanmoins aussi leur assimilation. Si cette stratégie coloniale change de voie aux États-Unis à partir des années 1950, elle est maintenue au Canada jusqu’à la fin des années 1970.

Lire la suite

Page 1 of 6

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :