GIACOMO BALLA, ESPANSIONAUREE DI PESSIMISMO E OTTIMISMO, 1923

Par Carl Bouchard, Professeur d’histoire, Université de Montréal

« Plus jamais ça ! construisons ensemble le jour d’après » – Titre d’une tribune d’ATTAC, 7 avril 2020

 « Historiquement, les pandémies ont forcé les humains à rompre avec le passé et imaginer un nouveau monde. Celle-ci n’est pas différente : elle est un portail, une passerelle entre notre monde et le prochain. » – Arundhati Roy

Bien malin celui ou celle qui saura de quoi l’après-pandémie sera fait. Elle sévit depuis seulement quelques semaines mais déjà, dans les médias d’ici et d’ailleurs, on demande aux « penseurs », spécialistes, personnalités diverses, de se prononcer sur notre monde au terme de la crise. Plusieurs des idées qui y sont avancées sont intéressantes mais je dois confesser à leur lecture un certain malaise, qui tient au fait que les propos des un·e·s et des autres tendent à soutenir les thèses que chacun·e soutenait déjà avant la crise. On fustigeait la mondialisation : c’est elle qui est responsable de la pandémie. On réclamait la fermeture des frontières : la pandémie est assurément la faute de l’Autre. On conspuait le néolibéralisme ravageur de l’environnement : la crise actuelle en est forcément la directe conséquence. Ce qui se pare des atours d’un point de vue analytique se révèle souvent une opinion forgée a priori, commodément confirmée par la crise. Bref, une variante du classique biais de confirmation. Gardons-nous une petite gêne.

C’est avec cette petite gêne en tête que j’aimerais, comme historien, offrir quelques grains à moudre pour alimenter la réflexion non pas sur l’après, mais sur nos attentes concernant l’après. Je ne dirai rien sur le monde que j’aimerais, comme citoyen, père, professeur, consommateur, humain, voir fleurir après la crise : cela relève de mon opinion personnelle et non de mon point de vue d’historien. Je parlerai donc de ce que je connais, d’une crise du passé, il y a un peu plus de cent ans. Et me permettrai deux recommandations, pour conclure.