Par Simon Tremblay-Pepin, professeur à l’Université Saint-Paul

Version PDF

Marc Vallières présente les résultats d’un travail de recherche colossal dans Le Québec emprunte. Syndicats financiers et finances gouvernementales, 1867-1987[1], publié en 2015 chez Septentrion. Imaginez : passer en revue tous les prêts contractés par le gouvernement du Québec de 1867 à 1987 et en extraire les termes particuliers, l’organisation du syndicat financier (ce regroupement de banque et de maison de courtage qui sert d’intermédiaire entre les gouvernements et les marchés lors d’un emprunt) ayant rendu l’emprunt possible, les négociations, etc. Cette tâche minutieuse, au confluent de l’histoire, des finances publiques et de la comptabilité a dû demander un temps et une énergie folle. La somme qui en résulte est, dès le premier abord, imposante : tableaux dodus, graphiques colorés, appareil de note détaillé. Une fois le parcours achevé cependant, on peine à voir émerger une analyse plus politique de cette question, ce qui est fort dommage, car elle aurait été la bienvenue.

Lire la suite