La liberté des un.e.s et le pouvoir des autres. Lettre ouverte à l’administration de l’UQAM

Anne-Marie Buisson, Noémie Charest-Bourdon, Philippe Desmarais, Martin Desmeules, Nancy Gagnon, Amélie Grenier, Catherine Larochelle, Annie Lyonnais, Benoit Marsan, Julien Mauduit, Pascal Motard, Camille Robert, Martin Robert, Cory Verbauwhede, Étudiant.e.s affilié.e.s au Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS)

Nous sommes des étudiant.e.s affilié.e.s au Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS) situé au département d’histoire de l’UQAM. Nous rédigeons cette lettre à plusieurs mains afin de souligner notre attachement aux vertus de l’action collective. C’est la vision de la liberté de celui qui fut le directeur de notre Centre pendant près de vingt ans, l’historien et professeur émérite Jean-Marie Fecteau, décédé avant l’heure à l’automne 2012, qui nous pousse à écrire aujourd’hui.

La liberté que défendait Jean-Marie Fecteau, et dont nous sommes épris.e.s, n’a rien à voir avec le libéralisme qui aspire à nous gouverner sournoisement depuis le 19e siècle, en faisant miroiter l’idéal de l’émancipation, tout en nous enfermant dans la grande lutte du chacun.e pour soi. Elle est à mille lieues de l’individualisme qui a émergé à cette époque et qui se déploie actuellement dans les mesures d’austérité de gouvernements néolibéraux.

Cette liberté n’est pas la fausse liberté du libéralisme, qui laisse pour compte des pans entiers de la population. Elle est aux antipodes de la désolidarisation. Elle tend vers cette autonomie, aussi relative soit-elle, dont font actuellement preuve des personnes courageuses face aux agent.e.s du pouvoir qui les gouvernent. Continuer la lecture

Publié dans L'actualité en débat | Marqué avec , , , , , | 19 commentaires

Des collaborateurs d’HistoireEngagée à l’honneur à l’occasion du Salon international du livre de Québec

Le comité de rédaction

Crédit : Ginny (Flickr).

Crédit : Ginny (Flickr).

La revue HistoireEngagée se réjouit du fait que plusieurs de ses collaborateurs sont finalistes pour le Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale et pour les Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant qui seront remis au Salon international du livre de Québec le 9 avril 2015. Ces prix « soulign[ent] la richesse de la littérature politique et le talent des auteurs qui excellent dans ce genre. » Nous souhaitons ici non seulement les présenter pour souligner cet honneur, mais également vous inviter à découvrir (ou redécouvrir) leurs contributions sur HistoireEngagée. En effet, par leurs écrits ou leur engagement, Maurice Demers, Harold Bérubé, Mathieu Lapointe, Olivier Lemieux et Marie-Ève Ouellet ont contribué, au fil des dernières années, aux débats et aux réflexions auxquels notre revue a participé. Continuer la lecture

Publié dans Des nouvelles du comité de rédaction | Laisser un commentaire

Monsieur le ministre, vous n’êtes pas le Père des étudiants-es : lettre ouverte à François Blais

Lettre ouverte

*Les commentaires sont les bienvenus, mais ceux-ci seront modérés afin d’éviter toute attaque personnelle à l’endroit des signataires de cette lettre ou du ministre François Blais. Merci de votre compréhension.

Mardi 31 mars 2015, vous affirmiez que « expulser deux ou trois personnes par jour » des universités « refroidirait les ardeurs de certains » et « ferait réfléchir les autres ». Vous avez ajouté : « on fait ça avec les enfants ».

Monsieur Blais, les étudiants-es ne sont pas vos enfants. Vous n’êtes pas leur « père ». Vous êtes un ministre élu et une contestation sociale ne se gère pas à coup de « punitions » soi-disant pédagogiques. De quelle pédagogie ou de quelle paternité parlez-vous ici, d’ailleurs ?

Ces propos sont indignes d’un ancien professeur, d’un ancien administrateur ayant occupé des postes de responsabilité universitaires, d’un ministre responsable de l’Éducation supérieure et de la recherche. La contestation étudiante actuelle n’est pas le caprice d’une génération trop gâtée qu’il faut punir. Elle est l’expression d’une jeunesse animée par un désir de changement, qui revendique le droit à l’éducation pour le plus grand nombre. Ce droit à l’éducation que vous défendez maintenant pour quelques-uns, avez-vous seulement compris que les étudiants-es et bien des citoyens-nes derrière eux le revendiquent pour toute la société, celle d’aujourd’hui comme celle de demain ? Continuer la lecture

Publié dans L'actualité en débat | Marqué avec , , , , , | 4 commentaires

«On n’a rien volé»… Et nos libertés?

Mathieu Bouchard-Tremblay, Simon Fortin-Dupuis et Michel Thévenin, étudiants à la maîtrise en histoire à l’Université Laval

Au cours des manifestations des 24 et 26 mars derniers à Québec, nous avons constaté des abus de la part des agent-e-s du Service de police de la ville de Québec dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Le bilan de ces deux soirées de contestation de l’austérité est de 275 arrestations et de quelques blessés parmi les manifestant-e-s. Parmi les gestes les plus choquants commis au cours de ces deux soirées figurent l’utilisation de chiens policiers contre la foule le 24 et le tir de capsules de gaz à courte distance au niveau du visage d’une citoyenne le 26.

L’usage d’une telle violence dans le cadre de manifestations pacifiques où la principale infraction résidait dans l’absence d’itinéraire prédéfini, n’est-elle pas en contradiction flagrante avec la mission fondamentale des services de police au sein d’un État de droit et d’une société démocratique?

Cette instance de notre système politique, qui doit être apolitique, n’a-t-elle pas pour rôle d’assurer la sécurité des citoyen-ne-s et la jouissance de leurs droits et libertés? Telle que nous la comprenons aujourd’hui au Québec, la démocratie est indissociable de l’expression de nos droits et libertés civiles. Celle-ci rend possible les débats, fondés sur la pluralité des opinions politiques. En stigmatisant, par la force de l’institution policière, des citoyen ne-s qui expriment leurs opinions, les autorités politiques et leurs partisans restreignent l’exercice de la démocratie au sein de la société québécoise. Continuer la lecture

Publié dans L'actualité en débat | Marqué avec , , , , , , , | 44 commentaires

Le Saint-Laurent : petite chronique d’une grande histoire entre un fleuve et ses pilotes

Véronique Dupuis, Géographe et chargée de projets

Version PDF
Crédit : Etienne Valois (Flickr).

Crédit : Etienne Valois (Flickr).

De tous les cours d’eau sillonnant la planète, le « fleuve aux grandes eaux » fait partie de ceux qui donnent bien des maux de tête aux marins. Les vieux loups de mer le savent indomptable; les jeunes capitaines le redoutent dès Anticosti. Comme quoi le Saint-Laurent a la très juste réputation d’être un des fleuves les plus difficiles à naviguer au monde. De Samuel de Champlain jusqu’aux actuels pilotes du Saint-Laurent, en passant par Louis Jolliet et Joseph-Elzéar Bernier, tous s’accordent pour dire que si la navigation sur le Saint-Laurent peut parfois être longue, elle n’est jamais tranquille. Avec les milliers de navires aux cargaisons diverses qui empruntent chaque année cette artère commerciale qui pénètre au cœur de l’Amérique du Nord, sans parler des pétroliers qui transitent de plus en plus sur la voie maritime, qu’en est-il des risques encourus? Portrait d’un fleuve capricieux, mais fragile, et de ses indispensables pilotes.

Une navigation lestée de risques

Le chenal laurentien est un axe de développement incontournable en Amérique du Nord par lequel arrive quotidiennement un important flot de marchandises. Si sa beauté et sa grandeur émerveillent, les dangers que le Saint-Laurent réserve aux navigateurs sont multiples et gare à celui qui joue les cartes de l’imprudence et de la hardiesse. Sur ses flots, bien des situations peuvent survenir auxquelles les marins doivent s’adapter rapidement, à défaut de quoi les pires scénarios peuvent se produire. Continuer la lecture

Publié dans Blogues | Marqué avec , , , , , , , | 7 commentaires