«On n’a rien volé»… Et nos libertés?

Mathieu Bouchard-Tremblay, Simon Fortin-Dupuis et Michel Thévenin, étudiants à la maîtrise en histoire à l’Université Laval

Au cours des manifestations des 24 et 26 mars derniers à Québec, nous avons constaté des abus de la part des agent-e-s du Service de police de la ville de Québec dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Le bilan de ces deux soirées de contestation de l’austérité est de 275 arrestations et de quelques blessés parmi les manifestant-e-s. Parmi les gestes les plus choquants commis au cours de ces deux soirées figurent l’utilisation de chiens policiers contre la foule le 24 et le tir de capsules de gaz à courte distance au niveau du visage d’une citoyenne le 26.

L’usage d’une telle violence dans le cadre de manifestations pacifiques où la principale infraction résidait dans l’absence d’itinéraire prédéfini, n’est-elle pas en contradiction flagrante avec la mission fondamentale des services de police au sein d’un État de droit et d’une société démocratique?

Cette instance de notre système politique, qui doit être apolitique, n’a-t-elle pas pour rôle d’assurer la sécurité des citoyen-ne-s et la jouissance de leurs droits et libertés? Telle que nous la comprenons aujourd’hui au Québec, la démocratie est indissociable de l’expression de nos droits et libertés civiles. Celle-ci rend possible les débats, fondés sur la pluralité des opinions politiques. En stigmatisant, par la force de l’institution policière, des citoyen ne-s qui expriment leurs opinions, les autorités politiques et leurs partisans restreignent l’exercice de la démocratie au sein de la société québécoise. Continuer la lecture

Partager/Marquer
Publié dans L'actualité en débat | Marqué avec , , , , , , , | 44 commentaires

Le Saint-Laurent : petite chronique d’une grande histoire entre un fleuve et ses pilotes

Véronique Dupuis, Géographe et chargée de projets

Version PDF
Crédit : Etienne Valois (Flickr).

Crédit : Etienne Valois (Flickr).

De tous les cours d’eau sillonnant la planète, le « fleuve aux grandes eaux » fait partie de ceux qui donnent bien des maux de tête aux marins. Les vieux loups de mer le savent indomptable; les jeunes capitaines le redoutent dès Anticosti. Comme quoi le Saint-Laurent a la très juste réputation d’être un des fleuves les plus difficiles à naviguer au monde. De Samuel de Champlain jusqu’aux actuels pilotes du Saint-Laurent, en passant par Louis Jolliet et Joseph-Elzéar Bernier, tous s’accordent pour dire que si la navigation sur le Saint-Laurent peut parfois être longue, elle n’est jamais tranquille. Avec les milliers de navires aux cargaisons diverses qui empruntent chaque année cette artère commerciale qui pénètre au cœur de l’Amérique du Nord, sans parler des pétroliers qui transitent de plus en plus sur la voie maritime, qu’en est-il des risques encourus? Portrait d’un fleuve capricieux, mais fragile, et de ses indispensables pilotes.

Une navigation lestée de risques

Le chenal laurentien est un axe de développement incontournable en Amérique du Nord par lequel arrive quotidiennement un important flot de marchandises. Si sa beauté et sa grandeur émerveillent, les dangers que le Saint-Laurent réserve aux navigateurs sont multiples et gare à celui qui joue les cartes de l’imprudence et de la hardiesse. Sur ses flots, bien des situations peuvent survenir auxquelles les marins doivent s’adapter rapidement, à défaut de quoi les pires scénarios peuvent se produire. Continuer la lecture

Publié dans Blogues | Marqué avec , , , , , , , | 7 commentaires

« Se battre en Flandre. Gaz. Boue. Mémoire » et goupillon. Retour sur le centenaire de la Grande Guerre au Musée Canadien de la Guerre

Mathieu Arsenault, Candidat au doctorat en histoire à l’Université York

Version PDF

Depuis 2014, l’on ne compte plus les événements entourant le centième anniversaire de la Grande Guerre tellement les commémorations, célébrations, expositions, colloques et conférences en tout genre sont légion, s’immiscent parfois dans les sphères de notre quotidien les plus insoupçonnées. S’il y a en revanche un endroit entre tous où l’on se rend volontiers pour participer à cet engouement entourant l’histoire de la Première Guerre mondiale, c’est bien au Musée canadien de la Guerre à Ottawa. À ce chapitre, le moins que l’on puisse dire est que la programmation de cette Mecque de l’histoire militaire canadienne ne déçoit pas. L’an dernier, les salles d’expositions temporaires du Musée offraient un regard artistique sur le conflit avec l’exposition Témoin. Art Canadien de la Première Guerre mondiale qui présentait une sélection de tableaux tirés de la collection Beaverbrook, mettant côte à côte dans une harmonieuse composition aussi bien le travail de certains maîtres de la peinture canadienne du début du siècle que celui de peintres amateurs enrôlés sous les drapeaux. Simultanément, l’exposition Transformations A. Y. Jackson & Otto Dix. L’art marqué par la Guerre formait un impressionnant corridor rassemblant parmi les plus belles œuvres du peintre canadien du Groupe des Sept et du maître allemand de la Nouvelle Objectivité dans deux séries de compositions paysagères guidant le spectateur à travers une évolution du style et des thèmes, voire même carrément du mouvement pictural. Bien qu’inusitée, la juxtaposition entre le parcours divergent de deux artistes contemporains qui ont vécu un demi-siècle d’histoire politique et artistique torturé par la guerre, une crise économique majeure et deux révolutions allemandes de façon brutalement différente, s’est avérée être une façon originale et lumineuse de démontrer l’impact de la Grande Guerre, non seulement sur la transformation des courants artistiques dominants, mais aussi sur l’ensemble des représentations véhiculées par une certaine élite bourgeoise. Continuer la lecture

Publié dans Compte-rendu, Recensions | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977) : compte rendu

Micheline Dumont, historienne

Verstion PDF
TOUPIN, Louise. Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977). Montréal, Les éditions du remue-ménage, 2014, 451 p.

Les éditions du remue-ménage, 451 p.

Les éditions du remue-ménage ont publié, l’automne dernier, cet ouvrage de Louise Toupin qui aurait dû susciter un grand intérêt. Tout au contraire, un grand silence médiatique a suivi, à l’image de l’absence TOTALE d’intérêt que suscite habituellement le travail ménager lui-même. Cette « revendication » du néo féminisme des années 1970 a disparu de l’écran radar des militantes. C’est pour réactiver cet important dossier que Louise Toupin nous offre cet ouvrage magistral. Commencée il y a vingt ans (1994), cette étude a pu être terminée après des recherches approfondies dans les archives des groupes internationaux, (Italie, États-Unis, Canada, Angleterre, Suisse, Allemagne) et des entrevues avec les principales militantes. Devoir de mémoire. Devoir d’analyse politique. Devoir de pertinence. Devoir de persévérance. Continuer la lecture

Publié dans Non catégorisé, Recensions | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Ayotzinapa : quand la violence de l’État et celle des groupes criminalisés ont les mêmes fins

Javier Buenrostro, Candidat au Doctorat d’Études Politiques à l’EHESS

Version PDF
Crédits : Mario Acosta Garcia (Flickr)

Crédits : Mario Acosta Garcia (Flickr)

En 2000, le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), parti qui a gouverné le Mexique pendant 70 ans, a perdu le pouvoir au profit de la droite, concédant la présidence à Vincente Fox du Parti de l’Action Nationale (PAN). L’alternance démocratique devait mettre fin à un type de régime que l’écrivain Mario Vargas Llosa avait qualifié de « dictature parfaite ». Somme toute, cette transition n’a pas réellement amélioré la vie des gens, ni même celle des institutions, le Mexique conservant certaines caractéristiques d’un État policier. La corruption et l’impunité continuent d’être monnaie courante et le crime organisé n’aspire plus seulement à monopoliser le trafic de la drogue, mais il poursuit désormais l’objectif de prendre le pouvoir local – soit de mettre la main sur les municipalités et leurs ressources financières et s’accaparer la richesse locale à travers l’imposition forcée. Selon Guillermo Trejo, à Michoacán, par exemple, le crime organisé s’est approprié 30 % du budget annuel des travaux publics des municipalités, exigeant que les contrats des œuvres publiques soient attribués à des promoteurs sous son contrôle, et a détourné 20 % des salaires de l’administration locale. L’état de Guerrero, voisin de celui de Michoacán, vit une situation similaire. C’est donc dans un contexte de violence endémique lié à l’infiltration de l’état par les groupes criminalisés qu’ont eu lieu les dramatiques événements  de septembre dernier menant à la disparition de 43 étudiants de la Normale de Ayotzinapa, Guerrero. Continuer la lecture

Publié dans L'actualité en débat, Non catégorisé | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire