Par Anthony Oddo, étudiant à la maîtrise en histoire de l’Université de Sherbrooke

Version PDF

Enseignement de la géométrie – enluminure du XIVe siècle (1309-1316), France (Paris), auteur inconnu. British Library.

Suite aux évènements entourant la hausse des frais de scolarité au Québec et les nombreux et riches débats qui en résultent actuellement, il semble devenu impératif d’amorcer une profonde réflexion sur le sens à donner à cette contestation. Bien au-delà d’une simple opposition à une décision gouvernementale, c’est l’expression de groupes sociaux qui ont des convictions et qui défendent un modèle d’éducation, un modèle de société dans lequel ils prennent part et qu’ils contribuent à façonner.

Depuis plusieurs semaines, de nombreux articles d’opinion émanant d’historiens se sont penchés sur une « histoire du mouvement étudiant » restant néanmoins attachés principalement au XXe siècle. Pour ma part, étudiant en histoire médiévale, je me suis questionné sur ma période qui voit tout de même l’apparition des universités et qui plus est du droit accordé aux étudiants de faire « sécession ». Il ne s’agit pas ici de refaire une histoire des universités et de l’éducation mais de tenter d’approcher les groupes sociaux qui ont participé à l’émergence des universités et à un certain modèle d’éducation, aux étudiants, aux professeurs, aux habitants des villes, aux représentants des pouvoirs temporel et religieux. Ainsi, le XIIIe siècle a été marqué par des luttes, parfois violentes, dont les conséquences intellectuelle, culturelle et sociale sont considérables et ont mené à la naissance d’établissements d’éducation supérieure encore présents aujourd’hui. Les motifs des luttes d’antan ne sont parfois pas si différents d’aujourd’hui. Ainsi l’étude du passé nous permet-elle de lutter contre nombre d’idées reçues et de faux jugements.

Lire la suite