Là où le présent rencontre le passé - ISSN 2562-7716

Catégorie : Olivier Côté

Données alarmantes sur les perspectives d’emploi des étudiants de maîtrise et de doctorat en histoire*

Olivier Côté

Version PDF

Dans un article paru dans le Bulletin de la Société historique du Canada, intitulé « Des chiffres et des lettres (ces dernières sont le M, A, P, H et D) » (vol. 35, no2), Jean-François Lozier s’inquiétait du sort de tous ces nouveaux détenteurs d’une maîtrise et d’un doctorat en histoire – il en dénombrait 423 à la maîtrise et 81 au doctorat pour la seule année 2005 — qui étaient à la recherche d’un emploi. Et pour cause : il constatait que le nombre d’étudiants de deuxième et troisième cycles en histoire était en constante augmentation, cela malgré une légère diminution pendant la deuxième moitié des années 1990. Cela, c’est sans compter sur le fait que plus de la moitié des étudiants au doctorat n’avaient toujours pas complété leur formation après 10 ans, ce qui laisse présumer un nombre élevé d’abandons et de doctorants en histoire sur le marché du travail. Du même souffle, Lozier faisait état de son impossibilité à colliger des statistiques sur le taux d’emploi des détenteurs d’une maîtrise et d’un doctorat. Je me propose ici de faire œuvre utile en faisant la recension des statistiques en matière d’emploi colligées par une variété d’agences gouvernementales.

Les programmes d’histoire appliquée se font rares dans les universités canadiennes*

Olivier Côté, Université Laval

Version PDF

St. George’s Hall, University of Liverpool (Royaume-Uni)

L’histoire appliquée est, pour reprendre la définition de l’historien Lyle Dick, avant tout modelée par et pour le grand public. Elle comprend plusieurs domaines d’application : celui d’abord de la muséologie; celui ensuite de la mise en récit du passé dans la littérature; celui, plus récent, de la mise en forme télévisuelle et cinématographique du passé et de la conception de sites Internet à caractère historique. Citons ici les exemples récents des sites HistoireEngagee.ca et Activehistory.ca, qui ont l’ambition de situer les enjeux actuels dans une perspective historique. On peut aussi répertorier, au nombre des pratiques en histoire appliquée, l’expertise historienne dans le domaine judiciaire.

Tandis que les domaines d’application de l’expertise historienne se multiplient depuis les 30 dernières années, qu’en est-il de la formation historienne offerte actuellement dans les universités ? S’adapte-t-elle à cette nouvelle réalité ?

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :