Comité éditorial

Camille Robert est doctorante et chargée de cours en histoire à l’Université du Québec à Montréal. Son projet de thèse porte sur les conflits liés au travail de reproduction sociale dans le contexte du tournant néolibéral de l’État québécois, à travers l’étude de trois grèves dans les secteurs de l’éducation (1982-1983) et de la santé et des services sociaux (1986, 1989). Dans le cadre de son mémoire de maîtrise, elle s’est intéressée aux discours et aux mobilisations des féministes québécoises pour la reconnaissance du travail ménager. Ses recherches ont été publiées sous forme de livre aux Éditions Somme toute en 2017. Elle a également codirigé un ouvrage collectif sur le travail invisible des femmes, paru aux Éditions du remue-ménage en 2018. Depuis 2015, elle travaille à titre d’assistante de recherche au Centre d’histoire des régulations sociales. Soucieuse de contribuer à la vulgarisation de l’histoire, elle offre régulièrement des conférences et ateliers, et collabore occasionnellement avec plusieurs médias (Radio-Canada Première, Le Devoir, Savoir média, Gazette des femmes, etc.).

Détentrice d’un doctorat en pharmacie et d’une maîtrise en philosophie de l’Université Libanaise, Hanaa Sfeir a travaillé son mémoire en philosophie sur l’athéisme absolu et la croyance dogmatique. Toujours passionnée par le domaine du religieux, elle poursuit actuellement ses études doctorales au Centre d’études du religieux contemporain (CERC) à l’Université de Sherbrooke sous la direction du professeur Pierre Noël et sous la codirection du professeur Sami Aoun. Son projet de recherche porte sur la dialectique de l’UN et du multiple suivant les perspectives philosophiques, psychanalytiques et mystiques. Elle travaille sur des projets de recherche diversifiés en rapport avec : la communication interculturelle, la collaboration interprofessionnelle, la pédagogie, la spiritualité et la santé, le dialogue philosophique et la pratique de l’attention chez les enfants, la maltraitance des ainés, religion et organisations entrepreneuriales, etc. Elle est étudiante chercheure au SoDRUS (Centre de recherche Société, Droit et Religions de l’Université de Sherbrooke). Elle est membre de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées au Centre de recherche sur le vieillissement, CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Elle est aussi affiliée au Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke et secrétaire et responsable des communications de l’Association étudiante pour l’étude du religieux contemporain et de la théologie (ARCTUS).

À la suite d’études en littérature et en scénarisation cinématographique à l’Université du Québec À Montréal, Quentin Castellano a travaillé une dizaine d’années dans le monde du cinéma, que ce soit en production ou dans l’équipe de multiples festivals montréalais. Réalisateur à ses heures perdues, c’est un projet de film de fiction qui l’amène à s’intéresser à l’histoire du Québec contemporain ainsi qu’à l’étude des extrêmes droites. Ces recherches ravivent une flamme, le renvoyant sur les bancs de l’université Laval dans le cadre d’un baccalauréat multidisciplinaire en sociologie et science politique avec le but de poursuivre aux cycles supérieurs. Aujourd’hui, il cherche à concilier ses compétences médiatiques et numériques avec son retour dans la vie académique

Catherine Larochelle est professeure au département d’histoire de l’Université de Montréal. Elle est l’autrice du livre L’école du racisme. La construction de l’altérité à l’école québécoise (1830-1915) publié aux Presses de l’Université de Montréal en 2021. Ses intérêts de recherche croisent l’histoire de l’enfance et de la jeunesse, l’histoire de l’orientalisme et de l’imaginaire impérial du Québec/Canada, l’histoire coloniale, les représentations des peuples autochtones et l’histoire du missionnariat canadien-français. Elle affectionne particulièrement la théorie, les approches critiques et les innovations méthodologiques. Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’Œuvre de la Sainte-Enfance au Canada.

Samia Dumais est étudiante à la maîtrise en histoire à l’Université du Québec à Montréal UQAM), Ses recherches s’articulent autour du militantisme afro-canadien, les initiatives féministes noires en Amérique du Nord et l’expérience des communautés afro-canadiennes au sein du système scolaire et de santé québécois. Samia détient un intérêt particulier pour les enjeux de racialisation, de genre et de mobilité, principalement auprès de diverses communautés culturelles au Canada et à Montréal, ce qui l’amène à travailler comme assistante de recherche pour le groupe Histoire, femmes, genre et migration (UQÀM), pour le projet de recherche « Alternate visions : The politics of motherhood and family among Indigenous, immigrant, racialized and low-income activist women’s groups in Canada, 1960s-1980s » (Queen’s University), ainsi que pour le projet « Santé sexuelle et reproductive des femmes noires : leurs expériences dans le système de santé québécois » (Relais-Femmes).

Benoit Gaudreault est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en histoire, tous deux obtenus à l’Université de Montréal. Dans son mémoire, il étudie les représentations des Premiers Peuples dans les manuels scolaires (1920-1960) et le colonialisme d’occupation (settler colonialism). Outre ces deux champs de recherche, Benoit se passionne également pour l’histoire de l’enfance et des enfants, historiographie qu’il mobilise d’ailleurs dans son mémoire. Toujours en quête de la voix des enfants dans les archives, il cherche à savoir ce que ces acteurs historiques ont eux aussi à dire du monde qui les entoure ! Benoit s’intéresse finalement à la façon dont les récits historiques nationaux sont racontés aux plus jeunes de notre société.

Ruth Stacy Emmanuel détient une licence en Service social de l’Université d’État d’Haïti et est titulaire d’une maîtrise en affaires publiques et internationales de l’École supérieure d’affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa. Dans son travail de recherche, elle s’est intéressée à la gestion de projet en contexte public et a étudié la relation entre projet et action publique dans le but de comprendre l’effet des mesures prises par l’État haïtien afin de contrôler l’efficacité de la coopération internationale. Elle s’intéresse également aux questions relatives aux rapports sociaux de sexe, à la santé sexuelle et reproductive des femmes haïtiennes, à la migration et à l’identité culturelle.

 

Formé aux Université Queen’s et McGill, Thomas Wien a enseigné l’histoire de la Nouvelle-France et du monde atlantique moderne, ainsi que l’historiographie à l’Université de Montréal jusqu’à sa retraite fin 2022. Après avoir consacré sa thèse à l’histoire rurale, il s’est intéressé et s’intéresse encore à celle des circulations – de biens, de personnes, d’informations, de représentations – dans le monde atlantique français. Et au-delà : son principal projet actuel vise les échanges de toute sorte entre l’Europe centrale et la Nouvelle-France. C’est dans ce cadre qu’il travaille actuellement à éditer en français le récit de voyage du tonnelier, marchand et écrivain franconien Johann Peter Reichart (1702-1755). D’autres travaux explorent l’interface entre histoire et historiographie, hier et aujourd’hui.

Christine Chevalier-Caron détient un baccalauréat en  sociologie avec une concentration  en études féministes et est  titulaire d’une maîtrise en  histoire, diplômes tous deux  complétés à l’Université du Québec à Montréal. Elle s’est intéressée, dans le cadre de son mémoire, à la consolidation des identités de genre et de religion des premières femmes ayant eu accès au système d’éducation au Maroc sous la domination française. S’intéressant à l’histoire des femmes, des migrations postcoloniales, du judaïsme sépharade, et de l’éducation, ses études doctorales portent sur l’histoire des Montréalais.es d’origine juive marocaine et de leur action en faveur de la transmission culturelle. Depuis maintenant 10 ans, elle travaille au sein du Groupe de recherche Histoire, femmes, genre et migrations, dans lequel elle est assistante de recherche et coordonnatrice du projet CRSH Migrations des Juifs du Maroc au Canada et en France de 1948 à nos jours: une insertion individuelle, communautaire, diasporique, transnationale? Vous pouvez aussi voir Christine Chevalier-Caron à la barre de l’émission Histoire de sources, source story.