Une loi scélérate et une infamie*

Collectif d’historiens et de citoyens

Version PDF
«Si la jeunesse n’a pas toujours raison, la société qui la méconnaît et qui la frappe a toujours tort.»
François Mitterrand, Discours à l’Assemblée nationale, 8 mai 1968.
 
«Lorsque dans le silence de l’abjection, l’on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave et de la voix du délateur, lorsque tout tremble devant le tyran, et qu’il est aussi dangereux d’encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l’historien paraît chargé de la vengeance des peuples. C’est en vain que Néron prospère, Tacite est déjà né dans l’Empire.»
François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe.
 

Comme professeurs et professeures, historiennes et historiens, qui avons documenté, avec d’autres, l’histoire politique du Québec, nous affirmons que rarement a-t-on vu une agression aussi flagrante être commise contre les droits fondamentaux qui ont sous-tendu l’action sociale et politique depuis des décennies au Québec.

Le droit de libre expression, le droit de manifester, le droit d’association sont au cœur de notre démocratie. Ces droits civiques et politiques déterminent notre appartenance et notre participation à la vie de notre communauté politique. Ils permettent cette essentielle dissidence qui est au cœur de tout ce que le Québec a connu de changement dans son histoire, depuis les Patriotes jusqu’aux grandes luttes syndicales de la Révolution tranquille, en passant par les combats des femmes, des Autochtones et des autres groupes de citoyens pour leur reconnaissance politique. Sans l’exercice de ces droits garantis notamment par les Chartes, notre régime politique ne peut pas se réclamer entièrement de la démocratie. Une démocratie au sens fort du terme exige de ses citoyens et de ses citoyennes la capacité d’exercer pleinement leurs droits : c’est là l’assise de la primauté du droit en ce pays et l’objectif fondamental des luttes politiques au Québec depuis l’instauration du système parlementaire.

Le mouvement étudiant, par son action depuis trois mois, n’a fait que reprendre le flambeau de cette exigence démocratique. Il est odieux de voir un gouvernement l’utiliser comme cible de ses actions antidémocratiques, d’autant plus que la principale fonction de l’État démocratique est de garantir l’exercice de leurs droits et de leurs libertés.

Pis encore, le dernier geste de ce gouvernement, celui du projet de loi 78, remet en cause le principe de la primauté du droit dans la résolution des conflits, comme le souligne le Bâtonnier du Québec dans son communiqué du 18 mai. En effet, dans sa forme actuelle, le projet de loi 78 limite clairement le droit de manifester pacifiquement de tous les citoyens et sur tous les sujets. Il entrave de manière importante la liberté académique dans un milieu universitaire. Il suspend des recours juridiques légitimes et renverse le fardeau de la preuve qui rend les associations d’étudiants et les syndicats responsables d’actes commis par autrui. Enfin, il sanctionne lourdement les citoyens ainsi que les associations étudiantes et syndicales qui ne se conformeraient pas aux dispositions de cette loi d’exception.

Dans sa forme actuelle, le projet de loi 78 en discussion est une loi scélérate et une infamie. Nous en appelons à tous ceux et celles qui, dans ce pays, ont à cœur les libertés politiques fondamentales de se mobiliser contre cette agression contre nos droits et nos libertés.

Liste des signataires à jour le dimanche 10 juin 2012 à 18h30.

Jean-Marie Fecteau (UQÀM), Martin Pâquet (Laval), Michel De Waele (Laval), Louise Bienvenue (Sherbrooke), Harold Bérubé (Sherbrooke), Aline Charles (Laval), Ollivier Hubert (Montréal), Andrée Lévesque (McGill), Johanne Daigle (Laval), Brigitte Caulier (Laval), Florence Piron (Laval), Benoît Grenier (Sherbrooke), Donald Fyson (Laval), Thierry Nootens (UQTR), Josette Brun (Laval), Guylaine Martel (Laval), Karine Hébert (UQAR), Julien Goyette (UQAR), François Guérard (UQAC), Martin Petitclerc (UQÀM), Julien Prud’homme (UQÀM), Maurice Demers (Sherbrooke), Yves Gingras (UQÀM), Léon Robichaud (Sherbrooke), Sonya Roy (McGill), Mary Ann Poutanen (Concordia), Patrick Baker (Laval), André Poulin (Sherbrooke), Catherine Ferland (Sherbrooke), David Meren (Montréal), Isabelle Perreault (Ottawa), Jarrett Rudy (McGill), Alain Beaulieu (UQÀM), John V. Drendel (UQÀM), Jean-Philippe Garneau (UQÀM), Laurent Turcot (UQTR),  Andrée Courtemanche (Laval), Lyse Roy (UQÀM), Pascal Bastien (UQÀM), Magda Fahrni (UQÀM), Piroska Nagy (UQÀM), Stéphane Savard (UQÀM), Simon Jolivet (Ottawa), Jean-Philippe Warren (Concordia), Michel Sarra-Bournet (UQÀM), Christophe Horguelin (UQÀM), Janick Auberger (UQÀM), Jonathan Livernois (McGill), Yvan Lamonde (McGill), Patrice Groulx (Laval), Robert Comeau (UQÀM), Louis-Georges Harvey (Bishop’s), Michael Quigley (Hamilton), Stéfan Winter (UQÀM), Sylvie Taschereau (UQTR), Vincent Romani (UQÀM), Mourad Djebabla (Kingston), Odile Henry (Université Paris Dauphine), Geneviève Dumas (Sherbrooke), Thomas Wien (Montréal), Alexandre Dubé (Omohundro Institute), Allan Greer (McGill), Jean Lévesque (UQÀM), Denyse Baillargeon (Montréal), Éric Dussault (Laval), Willeen Keough (SFU), Tamara Myers (UBC), David Banoub (Carleton), Étienne Côté (Cégep Lanaudière), Laurence Monnais (Montréal), Amélie Bourbeau (Laurentienne), Julie Allard (Bishop’s), Christine Métayer (Sherbrooke), Benoît van Caloen (Sherbrooke), Adele Perry (Manitoba), Dominique Deslandres (Montréal), Arnaud Bessière (UQTR), Yvan Rousseau (UQTR), Jacques Rouillard (Montréal), Danielle Laurendeau (UQÀM), Nicolas Beaudry (UQAR), Aline Dupaul (Amnistie international), Sylvie Turmel (ESTB), Marie-Françoise Gautrin (Ahuntsic), Fabien Rose (Concordia), Élise Detellier (Angers), Muriel Perez-Gomez (Laval), Marise Bachand (UQTR), Didier Prioul (Laval), Patrizia Gentile (Carleton), Joel Belliveau (Laurentienne), Jason Luckerhoff (UQTR), Luc Lévesque (Laval), Jean Antonin Billard, Danielle Courtemanche (ULCO), Catherine Peeters, Michèle Dagenais (Montréal), Lucia Ferretti (UQTR), Marie-Claude Thifault (Ottawa), Alain Laberge (Laval), Godefroy Desrosiers-Lauzon (INRS-UCS), Françoise Lucbert (Laval), Christel Freu (Laval), Julien Massicotte (UMCE), Brigitte Fortin (HD), Marc Grignon (Laval), Laurent Corbeil (McGill), Marie LeBel (Hearst), Michel Bock (Ottawa), Sophie Calmé (Sherbrooke), Martin Lépine (Sherbrooke), Michèle Venet (Sherbrooke), Normand M. Bengle (Sherbrooke), Annie Boucher, Nicolas Kenny (SFU), Bob White (Montréal), Patricia Dionne (Sherbrooke), Michèle Vatz Laaroussi (Sherbrooke), Roxanne Rimstead (Sherbrooke), Luc Guay (Sherbrooke), Peter C. Bischoff (Ottawa), Didier Méhu (Laval), Yves Frenette (Ottawa), Erick Duchesne (Laval), Pierre Villeneuve (UQÀM), Linda Cardinal (Ottawa), Sylvie Paquerot (Ottawa), Jocelyne Talbot (SGA), Michel Lalonde (Ottawa), Anne Calvès (Montréal), Sirma Bilge (Montréal), Nathalie Watteyne (Sherbrooke), Rémy Thobois, André Duhamel (Sherbrooke), Marc-André Robert (Laval), Ellen Jacobs (UQÀM), Marie-Eve Ouellet (Montréal), Jacinthe Archambault (UQÀM), Marcel Martel (York), Charles-Philippe Courtois (CMRSJ), Étienne Gohier (Paris 8), Valérie Poirier, Philippe Dugas, Suzanne Gousse (Montréal), Jean Roy (UQTR), Pascal Scallon-Chouinard (Sherbrooke), Maude-Flamand Hubert (UQAR), Martine Hardy (Montréal), Robert Larin, Jean-François Auger (Groningue), Serge Bernier (UQÀM), Alexandre Carey (UQÀM), Isabelle Bouchard (UQÀM), Caroline Durand (Trent), André Bilodeau (Montréal), Marianne Desrochers, Jonathan Proulx-Salvas, Caroline Gagné, Patrick Noël (Laval), Patrick Laurin (Montréal), Jean-François Veilleux, Katéri Dupont (UQÀM), Andrée Rivard (UQTR), Sandra Nadeau Paradis (UQTR), Jocelyne Murray, Shawn McCutcheon (Montréal), Lydia Brunel (UQTR), Marc Larochelle (UQTR), Marcel Jr. Nault (Sherbrooke), Lucie Piché (Cégep Sainte-Foy), Charles Audet (UQTR), Caroline-Isabelle Caron (Queen’s), Philomène Gallez (Montréal), Benjamin Furst (Montréal), François Gauthier (McGill), Marilyne Brisebois, Pierre Meese (Sherbrooke), Serge Mainville (École de Mortagne), André Pelchat (Laval), André Rochette (C. scolaire Sir Wilfrid-Laurier), Louise Levasseur, Joseph Gagné (Laval), Marie-Joëlle Côté (UQTR), Philippe Guillemette, Julie Comtois Blain (Sherbrooke).

*À l’origine, cette lettre des historiens québécois fut soumise au journal Le Devoir où elle a été publiée le 19 mai 2012. Depuis, le public solidaire s’est élargi et des citoyens de tous les horizons se sont sentis concernés par le document. C’est ainsi avec plaisir que les historiens acceptent cet état de fait, qui témoigne de l’importance et de l’urgence de prendre position sur cette loi inacceptable.

**Le projet de loi est devenu une loi le 18 mai 2012. L’assaut devient légal.

 

Cette entrée a été publiée dans Droits et libertés, L'actualité en débat, L'historien dans les médias, Non catégorisé, Politique québécoise, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Une loi scélérate et une infamie*

  1. Francis Peddie dit :

    Watching/listening to this situation develop from afar, I’m becoming increasingly disturbed by how this issue is being portrayed as a polarity between order/chaos, lawfulness/illegality, with the real issue of access to education being obscured. As far as I can see, passing a law to suppress one of our civil liberties does nothing to address the question. Como decimos en Mexico, es un desmadre. Bonne chance, saludos desde Japon.
    Francis Peddie

  2. Guy Barrette dit :

    Pour avoir vécu douloureusement la loi des mesures de guerre de l’autocrate Sieur Pierre Éliot Trudeau et de son cerf Robert Bourassa si servile, je ne peux que ressentir de grands vertiges en ce moment !

    Soyons actifs et refusons en bloc cet outrage à notre démocratie !

    La Désobéissance civile est l’ultime action pour nous tous !

    Guy Barrette

  3. caresa oceane dit :

    je suis tout a fait d’accord avec la lecture que je viens de faire, Charest nous brime de nos droits fondamentaux, si ça continu il ne nous resteras plus rien, de la manière qu’il agit avec nous. Je trouve ça aberrant de sa part, oui c’est vrai que le peuple québecois doit sortir pour confronter Charest avec sa loi 78 car si ça continue il va y avoir des morts parmi les étudiants(es). Il faut que ça cesse et vite.

  4. Robert Comeau dit :

    Bravo pour cette lettre.
    Je partage la même indignation. Il me ferait plaisir d’en être aussi cosignataire,
    Robert Comeau
    Historien

  5. Louis-Georges Harvey dit :

    La loi 78 portre atteinte à la liberté d’expression et d’association. Il faut la dénoncer et s’y opposer activement. J’aimerais ajouter mon nom à celui de mes collègues.

    Louis-Georges Harvey
    Historien
    (Bishop’s)

  6. Michael Quigley dit :

    Veuillez ajouter mon nom – en tant qu’historien irlandais – a cette lettre puissante et emouvante.

  7. SimonJ dit :

    Commentaire reçu de Vinciane Peeters :
    «En accord complet avec votre texte. Ce serait bien de l’envoyer au journal Le Monde qui cherche à se documenter sur le sujet.»

  8. SimonJ dit :

    Commentaire de Jean Roy de l’UQTR :
    Une loi que seuls des législateurs indignes ont pu voter, mais digne du gouverneur Craig.

  9. SimonJ dit :

    Commentaire de Robert Larin, historien :
    La démocratie, ce n’est pas seulement ce que pense notre gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>