HistoireEngagée.ca

Là où le présent rencontre le passé – ISSN 2562-7716

La figure d’Émilie Bordeleau: reflet de la condition des institutrices rurales?

Par Annick Desmarais, étudiante en histoire,  Université du Québec à Montréal

Le roman et la série les Filles de Caleb d’Arlette Cousture ont empreint l’imaginaire collectif d’une image forte d’une institutrice rurale avant-gardiste et passionnée. Mais le personnage d’Émilie Bordeleau est-il représentatif de toutes les institutrices rurales de la fin du 19e et début 20e siècle ? Dans cette capsule audio, Annick Desmarais s’est penchée sur le contexte historique entourant ces institutrices en explorant l’école de rang, leurs conditions de vie et de travail, l’enseignement par les femmes mariées et leur militantisme.

Les maitresses d’école étaient des personnages importants dans leur communauté et leur conduite se devait d’être irréprochable. Elles jouaient plusieurs rôles – directrice, concierge, surveillante, cuisinière et enseignante à une classe d’enfants de la première à la septième année –, sans compter les multiples services pouvant lui être demandés par la communauté. Elles vivaient bien souvent seules à même l’école et le soir, éclairées à la lampe à l’huile, corrigeaient et préparaient les leçons.

Les salaires étaient scandaleusement bas et les femmes recevaient une rémunération moindre d’environ 50% de celle des hommes. Les historiennes Andrée Dufour et Micheline Dumont soulignent qu’au moment du mariage, la discrimination sociale et le double standard se faisaient encore plus sentir pour les femmes : alors qu’elles étaient congédiées, les hommes obtenaient une augmentation salariale.

Au-delà de la fiction, le parcours d’Émilie Bordeleau évoque les défis que rencontraient les institutrices rurales, et particulièrement ceux des femmes mariées qui continuaient à exercer leur profession. L’amour de l’enseignement chez ce personnage incarne bien le parcours de nombreuses femmes qui se sont senties appelées par cette vocation.

Pour en savoir plus :

BIZIER, Hélène-Andrée, Une histoire des Québécoises en photos, Montréal, Fides, 2007, 331p.

COLLECTIF CLIO, L’histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles, Montréal, Jour, 1992, coll. « Le collectif Clio », 646p.

DUFOUR, Andrée et Micheline DUMONT, Brève histoire des institutrices du Québec: de la Nouvelle-France à nos jours, Montréal, Boréal, 2004, 219p.

DUMONT, Micheline, « Gaudreault, Laure », L’encyclopédie canadienne. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/gaudreault-laure (4 février 2019).

FAHMY-EID Nadia et Micheline DUMONT, Maîtresses de maison, maîtresses d’école: femmes, familles et éducation dans l’histoire du Québec, Montréal, Qué, Boréal Express, 1983, coll. « Études d’histoire du Québec », n? 12, 413p. (Les deux études citées sont le chapitre de Marîse Thivierge et celui de Marta Danylewycz)

Précédent

Revisiter la révolte des travailleurs et des travailleuses de Winnipeg

Suivant

Une histoire des femmes et de la musculation*

  1. Réal Rompré

    Très instructif!
    Merci,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén