Là où le présent rencontre le passé - ISSN 2562-7716

Étiquette : Archives Page 1 of 4

Un enfant à l’asile, Vie de Paul Taesch (1874-1914) : le livre dont vous êtes l’historien.ne

Par Rafael Lavergne, étudiant à la maîtrise en Histoire à l’Université de Montréal

Un enfant à l’asile, Vie de Paul Taesch (1874-1914) est un ouvrage qui multiplie les voix et regards sur la vie d’une seule personne, Paul Taesch, pour donner une vision complète et complexe de l’histoire de psychiatrie infantile de la fin du XIXe siècle en France. En partant du cas de Paul Taesch, un illustre inconnu, Anatole LeBras désenclave une histoire de la psychiatrie qui souffre d’être trop institutionnelle en faisant intervenir les humains dans son récit de l’internement asilaire. Spécialiste de l’internement dans les asiles d’aliénés dans la seconde moitié du XIXe siècle en France, Le Bras s’intéresse ici à l’histoire de la psychiatrie infantile au travers du parcours d’un enfant qui fut interné. Cette œuvre réussit à se détacher de la figure de l’aliéné comme marginalisé par excellence, cela sans tomber dans un misérabilisme pathétique. Ainsi, il en découle l’écriture d’une histoire de la psychiatrie et de l’enfance marginale qui bourgeonne de nouveauté par le renouvellement historiographique que le livre représente grâce à son côté immanquablement humain. Paul Taesch est un prétexte pour approfondir notre connaissance de la seconde vague d’intérêt de la psychiatrie française pour l’enfance[1] et d’un moyen narratif de revendiquer une nouvelle histoire de la folie qui sera le plus près possible de l’expérience des interné.e.s. Ainsi, par cette biographie à plusieurs voix, Le Bras fait entrer Paul Taesch, ce quidam qui aurait très bien pu rester à jamais inconnu, dans le récit historique, se refusant à le confiner dans son exceptionnalisme pédopsychiatrique.

Chercheur, voyeur et artisan. Parcours intime d’un assistant de recherche dans le Fonds Simonne Monet et Michel Chartrand

Antoine Désilets, 23 octobre 1972, BAnQ du Vieux-Montréal, fonds Antoine Désilets (P697, S1, SS1, SSS18,D20), Photo: Michel Chartrand, syndicaliste

 

Marc-Edmond Lamarre, candidat à la maîtrise à l’UQAM

Je suis né en 1994 et Simonne Monet est décédée en 1993. Avant de dépouiller son fonds d’archives à l’hiver 2019, je ne la connaissais que vaguement, et que de nom. Mon rapport imprécis à cette icône historique était le même face à son mari, le syndicaliste Michel Chartrand. Comme si la mort de ces deux personnages et la fin de leur médiatisation, qui pourtant battait son plein entre les années 1960 et 1980, concordait parfaitement avec le balbutiement de mes connaissances générales sur l’histoire du Québec contemporain. Malgré six mois de visites aux archives de BAnQ du Vieux-Montréal, je ne connais encore qu’une parcelle des vies de cette militante féministe engagée et de ce farouche socialiste québécois. Mais à force de côtoyer ce qu’ils ont laissé derrière eux, mon rapport à ces personnages a pris une tournure pour le moins imprévue. Je la qualifierais d’amitié, si ce n’était que cette relation s’est construite uniquement sur la base d’une lecture assidue de tous les papiers qu’ils ont décidé d’entreposer dans leur fonds. Il vaut surement mieux parler de fascination. Une fascination imprévue et improbable vu les circonstances de ma rencontre avec eux : un contrat de recherche à ma première année de maîtrise en histoire.

Dans cette note, je souhaite réfléchir à mon rapport à l’archive. D’abord, j’ai l’intention d’examiner le processus subjectif que j’ai effleuré durant ma première expérience de recherche en histoire : cette étape imparfaite et hors champ de la découverte du monde, tel qu’il a été, à travers le regard et les impressions de gens qui sont maintenant morts.

Ensuite, je veux expliquer comment j’ai développé un rapport émotif et intime avec l’histoire de ce couple. Plus précisément, je vais m’attarder à leur manière d’écrire et à leur correspondance amoureuse. La lecture de ces lettres eut l’effet d’abattre la limite qui séparait mon travail d’assistant de recherche et ma vie personnelle.

Je souhaite, en définitive, participer à la réhabilitation de la mémoire de ces deux figures. Je ne sais pas si je peux ici parler d’oubli collectif, mais dans mon entourage la mémoire de ce couple est diffuse. Évidemment, mon échantillon est minuscule, mais au fil de mes recherches sur Monet et Chartrand, mes réflexions sortaient de la salle d’archive et plus d’une fois dans les soirées je me rappelle avoir lancé une discussion sur ces deux personnages historiques, leur mémoire au Québec et mon rapport à leurs archives. Plus souvent qu’autrement, quand je parlais de Monet et chartrand, mes ami.es connaissaient leur nom, tout au plus. Ils s’intéressaient par contre aux personnages à mesure que j’en parlais. Quant à celles et ceux qui savaient de qui il était question, c’était parce qu’ils étudiaient cette période de l’histoire du Québec ou simplement parce que leurs parents vouaient à ce couple respect et admiration. J’ai été surpris de comprendre au fil de mes discussions que le souvenir de ce couple s’apparente, dans certaines familles, à une sorte de folklore québécois récent.

En bref, je souhaite écrire cet article pour sortir ma tête des archives et partager les réflexions et les émotions qui balisèrent mon travail d’assistant de recherche.

Objectivité, émotion et archives : l’historien est-il un artisan ?

C’est en janvier 2019 que commence mon premier contrat de recherche à l’université. En le signant, ma directrice de mémoire m’annonce que je devrai au courant de l’hiver trouver et dépouiller des fonds d’archives pertinents à ses recherches sur la solidarité entre le Québec et l’Amérique latine au centre d’archives de BAnQ du Veiux-Montréal . Pour guider mon travail aux archives, elle prit soin de partager quelques conseils sur la pratique de l’histoire et le travail de dépouillement de sources de première main. Il ne lui servait à rien de me montrer en détail une manière de faire précise, me glissa-t-elle, ou encore d’établir d’avance un protocole standard pour le dépouillement des sources à ce stade-ci de ses recherches. Selon elle, aucune technique unique ne pouvait sous-tendre l’exploration en archive. Ce travail relève d’une forme d’artisanat qui s’affine à mesure que l’historien.ne apprend son métier et ses collections de sources. J’ai reçu son commentaire sur la recherche en hochant la tête, mais je me disais tout bas que c’était bizarrement contre-intuitif. Les quatre années de baccalauréat qui menèrent à ce moment, à cette consécration dans le monde de la recherche, m’ont toujours indiqué le contraire. J’ai appris pendant ces années à me conformer à cette science sociale ; à développer une méthode historique dans le moule rigide qui m’était offert. Et c’est maintenant qu’on m’annonce que le travail en archive, celui-là même qui rend la science historique particulière, est une forme d’artisanat? Je pense que c’est la plus belle nouvelle que ma directrice pouvait me faire. À force d’écrire des travaux et de toucher avec académisme à ce médium de la connaissance qu’est l’histoire, je me suis attaché avec cynisme à la phrase favorite d’un de mes amis : «La forme emporte toujours le fond!». Comme quoi la réussite scolaire au baccalauréat en science humaine dépend plus d’une capacité à connaître le style qui plaît aux professeur.es que de la capacité à développer une pensée et une approche originale. La nouvelle voie que me proposait ma directrice, loin d’une pratique rigide et stérilement académique, mais loin aussi du cynisme de ma fin de bac, m’a ainsi permis d’appréhender la recherche d’un oeil curieux et enthousiaste.

Je me rappelle l’émotion qui m’a frappé en sortant de son bureau. C’était un mélange de stress (d’anticipation) et d’orgueil (de fierté). Je redoutais l’ampleur et la difficulté de la tâche qu’elle me demandait d’accomplir tout en me réjouissant de constater que c’était moi qu’elle avait choisi pour ce travail. Je voyais ces deux cents heures comme le moment où j’allais être en charge de déclencher l’imaginaire historique de ma directrice dans le cadre de ses projets de recherche en cours ! Je me suis évidemment calmé, le travail d’archive étant plutôt solitaire, voire méditatif. Quoique l’exagération naïve des premières heures, cette émotion première, m’a quand même suivi tout au long du contrat.

Rapport intime et correspondance amoureuse dans le huis clos des archives

Je n’ai jamais entendu parler ni Michel Chartrand ni Simonne Monet. Pour l’instant. On m’a, par contre, imité Chartrand à plusieurs reprises. La raison pour laquelle j’ai décidé de ne pas écrire leur nom sur Youtube est vague puisque j’ai habituellement tendance à me laisser gagner par ce genre de curiosité. Cette fois-ci, c’est comme si leur silence était ancré dans mon rapport à leur couple. Je sais que le jour viendra où je vais passer au travers des deux documentaires, de la série télévisée et des innombrables entrevues qui ont ponctué leur vie. Mais aujourd’hui encore, à l’heure où j’écris ces lignes, je souhaite, pour une raison qui m’échappe, conserver mon rapport à eux dans le huis clos de leurs archives. Comme si je sais que je serai déçu de les voir interagir ailleurs que par écrit, surtout devant une caméra. Je dis que je ne les ai jamais entendus parler mais j’ai lu plusieurs discours de Michel. Il ne scriptait pas ses sacres, mais je comprends sa pensée politique et je saisis pourquoi on le qualifie de populiste. Sa manière de critiquer le capitalisme à la lumière des atrocités commises par les entreprises états-uniennes et canadiennes sur les travailleurs et travailleuses du Québec, doublée des photographies qui accompagnent souvent ses discours, m’ont permis d’imaginer sans effort les amphithéâtres enfumés et bouillant qui ont autrefois animé sa fougue et délié son joual à mesure qu’il apprit que la langue du Collège Brébeuf n’était pas celle des mineurs d’amiante.

L’écriture de Simonne n’a pas les syncopes et les répétitions qui caractérisent la verve impulsive et pamphlétaire de son mari. Dès les premières lettres adressées à son père, vers l’âge de 15-16 ans, Simonne mêle avec harmonie sa vie personnelle et ses réflexions critiques sur la politique et les inégalités dans la société québécoise des années 1940. Quarante ans plus tard, lors du travail final pour un cours qu’elle suivit sur le féminisme à l’Institut Simonne de Beauvoir à l’université Concordia[1], elle rédige toujours en assumant pleinement son écriture mélangée entre introspection, intuitions, expériences et connaissance.

L’activisme social et politique de ces deux personnages a de quoi donner le vertige. Au terme de mes recherches en archive, j’ai dépouillé les dossiers qui concernent leur implication dans la mobilisation contre la conscription au Québec, le mouvement pour la laïcisation de l’éducation et des cours de préparation au mariage, la lutte pour les droits des travailleurs, pour la paix, la dénucléarisation mondiale, l’anticapitalisme et la solidarité internationale. À travers tout le bruit qu’ils s’efforçaient de produire dans l’espace public québécois et les longues périodes d’austérité auxquelles la famille a dû faire face – inévitables considérant le travail bénévole de Simonne Monet et le métier nomade des premières années de la carrière de syndicaliste de Michel Chartrand – le couple s’occupait de sept enfants. Le résultat de ces longues années d’activisme est un fonds d’archive étoffé et vaste où se mêlent la politique et les enjeux sociaux québécois du XXe siècle à la vie personnelle, elle aussi mouvementée, des deux personnages. Et si on retrouve des indices de leurs affects dans plusieurs dossiers d’archives, c’est dans leur correspondance amoureuse que s’est révélée à moi toute la part d’intime et de secret que peut dévoiler le contenu d’une boîte en carton.

Michel Chartrand est un acteur historique mobile qui a voyagé surtout au Québec et au Canada, mais aussi à travers le monde. J’ai retrouvé des cartes postales et des lettres provenant entre autres d’Abitibi, du Manitoba, d’Ontario, de Cuba et du Chili. Ses mouvements dans l’espace ont l’avantage de le rendre d’autant plus intéressant lorsqu’on pose un regard d’historien sur son parcours. Puisqu’il était probablement le syndicaliste le plus médiatisé au Québec durant les années 1960 et 1970, je me suis demandé combien d’échanges et de rencontres significatives dans l’évolution de sa pensée politique il avait pu faire au courant de sa vie grâce au voyage. Ses correspondances ont donc animé mon flair d’apprenti historien. Pourtant, toutes les informations que j’ai pu trouver sur la vie politique de Michel Chartrand n’ont d’égal la richesse émotive qui se trouve dans les lettres qu’il échange avec Simonne. Parce qu’effectivement, pendant qu’il sillonnait le Québec et le monde, il écrivait à sa femme et vice-versa. Je ne souhaite pas ici faire l’histoire de leur correspondance amoureuse. Je veux par contre souligner que l’amour pur, naïf et chrétien de leurs premières années, se transforme avec le temps. S’ils sont lyriques durant les années 1940, leur manière d’écrire l’amour subit les contrecoups de l’absence de Michel au cours des années 1950 et 1960. L’emprisonnement de Michel durant la Crise d’octobre 1970 est, quant à lui, un moment où l’écriture sensuelle et la poésie deviennent une manière, pour lui, de reconstruire l’image de sa femme dans le souvenir. Cette année d’emprisonnement ne laisse aucun répit à Simonne qui rappelle à son mari qu’elle sillonne le Québec et le Canada pour lui et, plus largement, pour les droits des prisonniers politiques québécois.

Dans une lettre qu’elle lui adresse durant cette période, elle se désole de l’inexistence de leur intimité. Selon elle, même les lettres qu’elle lui envoie sont lues par les autorités carcérales. Elle s’insurge notamment du manque certain d’intelligence et de sensibilité du censeur qui fait l’intermédiaire entre leur échange. Je me trouvais déjà plutôt voyeur, surtout après la lecture des poèmes érotico-sensuels de Michel, mais au moment de lire Simonne déplorer le fait qu’une personne s’immisçait dans son couple, j’ai senti qu’elle me parlait à moi. Et c’est à ce moment précis que je me suis demandé quelle était la nature de mon travail. Comme l’agent.e carcéral payé.e pour lire les détenus, j’étais l’apprenti chercheur, financé par l’État pour découvrir sans gêne tout ce que ce couple avait laissé derrière lui. Peut-être de la même manière que la personne en charge de la censure à la prison de Bordeaux, je vivais l’émotion comme un moment à éviter. Comme si, parce que je vivais et je ressentais quelque chose, je ne travaillais plus, j’oubliais la problématique de recherche, je ne faisais que passer en rafale toutes leurs lettres en cherchant des bribes d’informations. Mon but n’était plus de connaître ce qui avait été, c’était bien plus de savoir comment ils se sentaient. Et c’est justement là, je pense, que se trouve la tension entre chercheur et simple lecteur; au moment où la recherche disparait derrière le voile de la curiosité. Je pense que de travailler avec des interactions sociales, des lettres, des fragments de vie, n’implique pas nécessairement le développement d’une relation intime et subjective entre le chercheur et son objet. Par contre, je suis certain que les mots qu’ont laissés certains personnages ont un effet sur la sensibilité humaine et que celle-ci n’est pas bien différente de celle qui peut émerger à la lecture d’un roman ou d’un recueil de poésie.

Conclusion

On ne vit plus au XIXe siècle et l’objectivité est un concept qui a démontré ses failles ; elle n’a pas besoin d’un nouveau détracteur. Je voulais simplement souligner, dans cette note d’archive, que je n’étais pas préparé à me faire dire que le travail de chercheur est un artisanat et que pour le type de travail que j’accomplissais il n’existait pas de méthode ; que c’était plutôt la rigueur, l’organisation et le flair qui devaient m’accompagner.

Le résultat de mes recherches n’est pas vraiment quantifiable puisque je n’ai fait que résumer l’entièreté de ce fonds. Il m’est aussi difficile de déterminer quels seront les effets de ce contrat sur mes propres recherches. J’espère tout de même être un peu plus prêt, à ma prochaine rencontre en archive, à profiter de la beauté que peuvent offrir les mots qu’ont échangés les acteurs et actrices du temps passé.

Je n’étais pas prêt non plus à la décharge de fébrilité et à la surcharge émotionnelle qui m’ont accompagné lors d’un retour de BAnQ en vélo, après une journée à lire compulsivement les dernières lettres que s’envoyèrent Michel et Simonne avant la mort de cette dernière. Intégrer, l’instant de quelques heures, leurs échanges amoureux et ce, à la chaîne, a produit chez moi une grande tristesse devant l’avenir et devant la mort. Comme si je voyais que ce couple plus grand que nature, qui a cultivé son amour sur une période qui me dépasse complètement, était faillible face au temps et devant la vieillesse. C’est je pense la plus grande découverte que j’ai faite, à tout le moins c’est celle qui m’a le plus troublé.


[1] Institut qu’elle co-fonda en 1978

Prise de parole: réflexion sur les recherches en archives et les traumatismes individuels

Par Guillaume Vallières, étudiant à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal et membre étudiant au Centre d’histoire des régulations sociales

Il est souvent difficile pour les étudiant.e.s en sciences humaines et sociales de s’ouvrir sur leurs émotions et sur leur vécu dans le milieu universitaire. Bien que la réalité ne soit pas la même dans toutes les disciplines et dans toutes les universités, le contexte scolaire est généralement inadéquat pour ce genre de comportements, considéré comme un débordement, une digression à une loi non écrite demandant une neutralité émotionnelle. Lorsque les sujets d’étude mènent à l’émotivité, les universitaires se retrouvent tiraillé.e.s entre le désir de répondre aux exigences de performances qui leur sont imposées et une série d’émotions qui leur demandent de prendre une pause, une forme de considération plus profonde ou un peu de recul face à leur terrain.

Les sources peuvent parfois être totalement impitoyables de par la charge émotive qu’elles portent en elles. Dans ces circonstances, certain.e.s étudiant.e.s se trouvent désavantagé.e.s par rapport aux autres. Toutes les archives ne sont pas aussi émotivement « chargées » et tous.tes les étudiant.es n’ont pas le même vécu. Impossible donc de réagir de la même façon face aux documents étudiés. Malheureusement, nous ne pouvons pas laisser nos traumatismes à l’entrée des centres d’archives avec nos sacs à dos. Non… nous les trainons jusque dans les salles de consultation et devons parfois les voir ressurgir dans les sources analysées.

Chronique d’archives. Entre colonialisme et adaptation : les récits d’infirmières canadiennes et américaines en milieux autochtones (1930-1970)

Par Myriam Lévesque, candidate à la maîtrise en histoire, Université Laval

The nurse, Nan Gallagher, on St. Lawrence Island, (Elinor D. Gregg, «A Federal Nursing Service above the Arctic Circle», The American Journal of Nursing, Vol. 36, No. 2, 1936, p. 131-132)

Les années 1930 marquent, aux États-Unis, la mise en place par le Bureau des Affaires indiennes (BAI) d’un nouveau programme en matière de services médicaux pour les populations autochtones. Largement influencée par la publication du Meriam Report[1], l’administration augmente les services en matière d’assistance médicale, privilégie l’éducation en santé publique et accroît le nombre d’infirmières sur le terrain, en particulier dans les régions excentrées[2]. La réforme est caractérisée par deux objectifs clairs : tout en souhaitant l’amélioration globale de la santé dans les communautés, le BAI souhaite se départir de ses prérogatives envers elles et vise leur assimilation et leur intégration.

Près de deux décennies plus tard, au Canada, ce même rapport influence la réorganisation et l’expansion du « Service de santé des Indiens » (Indian Health Services) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[3]. En misant principalement sur la prévention et l’éducation en santé publique, le Service vise à atteindre les régions éloignées et nordiques auparavant non desservies[4] et s’appuie ainsi essentiellement sur le travail de médecins itinérants et d’un nombre important d’infirmières ambulantes et saisonnières[5]. En ce sens, les infirmières américaines et canadiennes, dans un intervalle de quelques années, occupent une place centrale dans ces stratégies coloniales qui surpassent les frontières, où elles deviennent des représentantes médicales de première ligne auprès des populations locales. Tout en fournissant l’essentiel des soins, elles favorisent néanmoins aussi leur assimilation. Si cette stratégie coloniale change de voie aux États-Unis à partir des années 1950, elle est maintenue au Canada jusqu’à la fin des années 1970.

« Cas 24 ». La fin (?) de la rougeole (au Cambodge) et l’historienne

Par Laurence Monnais, Université de Montréal

                                                                                                                                                        Version PDF

Crédits : Anne-Laure Lapeyraque, Siem Reap, 2019.

Siem Reap, dimanche 7 avril

Siem Reap, dimanche 7 avril 2019, 6h45 du matin. Je rejoins « Dr. Samnang » dans un restaurant bondé, en périphérie de cette ville animée jouxtant les temples d’Angkor. Chham Samnang, agent du Programme élargi de vaccination (PEV) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sillonne les vingt-cinq provinces du Cambodge pour s’assurer que les maladies évitables par la vaccination (MEV) sont bien évitées, que les nouveaux programmes d’immunisation s’implantent dans l’harmonie, que les éclosions infectieuses sont rapidement contenues. Il m’a appelée deux jours plus tôt pour m’informer du « retour » de la rougeole dans le pays, et me demander si je serais intéressée à le suivre dans sa traque du « cas 24 ».

Sur ce bord de route fréquenté, il fait probablement déjà 32 ou 33 degrés. Tout le monde le dit, il fait très chaud pour un début avril. Après un café bien fort, on monte dans un 4X4 blanc aux armes de l’OMS; le chauffeur de Samnang me fait signer une feuille qui décharge l’Organisation de toute responsabilité me concernant. Pour être honnête, je suis surprise de pouvoir les accompagner aussi facilement. Samnang me tend un polo bleu ciel aux couleurs du Programme national d’immunisation (PNI) khmer. Je l’enfile. On part. Direction le district de Stoung, dans la province adjacente de Kampong Thom, capitale nationale de l’aquaculture sur les rives du très fertile lac Tonlé Sap, à près de 110 kilomètres de là. On mettra un peu plus de deux heures pour l’atteindre

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :